mercredi 22 août 2007

Vacances forcées

C'est bien connu, nous vivons dans une société de prêt-à-jeter, prêt-à-remplacer, prêt-à-utiliser... Même le marché du travail n'échappe pas à cette logique...

Les jours de la sécurité d'emploi mûr à mûr, des avantages sociaux sans fin sont comptés.. sauf pour les babyboomers membres de la clique CSN-FTQ-CSQ-SCFP....etc...

C'est que, voyez vous, travaillant à contrat, une épée de Damoclès me pend constamment au dessus de la tête... et à tous les quatre mois me frise le toupet lors du grand requestionnement entourant le possible renouvelement.

Mais cette fois-ci à une semaine de la date butoir, on a décidé que je devais m'arrêter de travailler là, maintenant, tout de suite pour garder une certain nombre d'heures en banque... AU CAS où on aurait des choses urgentes à me faire faire AU CAS où on voudrait m'employer à quelque chose avant de me redonner un contrat en bonne et due forme.

Voilà donc je me retrouve en congé forcé... Loin de m'en plaindre cependant, je me sens tout de même un peu... comment dire... utilisé voire instrumentalisé comme si je n'étais qu'un piètre moyen de production que l'on peut mettre à on ou à off dépendemment de comment l'on se sent.

Bon bon... OK... mon discours fait un peu marxiste de bas étages me direz-vous mais c'est réellement comme ça que je me sens! Comme un ligne de montage que l'on a arrêté parce que les stocks s'accumulent.

Mais, paraît-il qu'il faudra s'y faire nous, génération Y* qui devrons vivre avec la précarité d'emploi sous toutes ses formes. Au fond... est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

En attendant, je vais pouvoir préparer ma rentrée... me perdre intentionnellement dans des arrondissements inconnus de cette ville.... et j'ai décidé de me remettre à la photo... j'ai ressorti de la poussière mon Pentax... pas numérique pour deux cenne... mais ya pas un appareil numérique qui accotte ça encore !

Et ah oui j'oubliais... faut que je me garde disponible en tout temps pour eux... magnifique non ?

__________________

* La génération Y comprend grosso modo ceux qui ont présentement de 14 à 28 ans... bref ceux qui répareront les pots cassés laissés par les babyboomers...

4 commentaires:

maphto a dit...

Je vais te donner mon opinion. Je ne pense pas qu'il faille lancer la pière aux babyboomers pour nos problèmes d'employabilité et d'insécurité. Je pense que c'est plutôt lié à la mondialisation, à la quête effréné du profit et à la société néo-libérale.

Les babyboomers super syndiqués ont su se protéger. C'est le fun pour eux, mais c'est plate pour les plus jeunes. Peut-on leur en vouloir ? N'est-ce pas dans la nature humaine de survivre et de trouver des solutions avantageuses pour soi ?

Bon, je pense que je suis peut-être trop empathique...

Jiji a dit...

Ouais, je vais dire comme toi, Steph, ils font bien ch***. Je me croise gros les doigts pour pas que ce genre de choses m'arrive, mais bon, ça m'arrivera sûrement...

Nitram a dit...

Nous vaincrons tu vas voir! Un jour ils iront à la retraite et nous aurons l'embarras du choix!

Nitram a dit...

T'es à Mtl toi? Et en vacances en plus? C'est quand qu'on va boire une bière alors? Je veux savoir ce que ton regard québécois à vu jusqu'à maintenant à Montréal...