vendredi 10 août 2007

Procrastination et littérature

Aujourd'hui vendredi, j'ai décidé que je travaillais à la maison.

Pourquoi ?

- Parce que ça me tente
- Parce que anyway il n'y a personne au bureau
- Parce que je peux tout faire à partir de chez nous
- Parce que je suis pas obligé de m'arranger les cheveux, de m'habiller convenablement etc...
- Parce que je travaille tout aussi efficacement chez moi... hmmm... pas sûr.

Pour vous donner un aperçu de la chose : Je me suis levé à la même heure que d'habitude, douche, déjeuner etc... mais j'ai aussi fait la vaisselle, parti une brassée de lavage, passé le balai, ramasser un peu le salon, fait une mise à jour de mon iPod...et maintenant vous écrire un post.

Bref, on dirait que je m'arrange pour repousser le plus loin possible le moment où il faut que je travaille, que j'active mes neuronnes. Je procrastine. C'est un peu dans le même sens que ce dont je vous parlais dans mon message "De la nécessité d'être dans le jus". Je crois que c'est réellement problématique avec moi.


Dans un autre ordre d'idée, puisque je trouve ma vie franchement plate ces temps-ci, je me suis lancé dans de nouvelles lectures. J'ai acheté le recueil de nouvelles de Fred Rappaz "Exil au Rappazhitan". Je l'ai sérieusement dévoré d'un couvert à l'autres en moins de 48 heures. Bon, vous me direz qu'il est pas ben ben long... mais quand même ! Je vous le conseille fortement pour ceux qui aiment bien son style. J'aime vraiment la façon dont il joue avec les mots... ça fait sourire, ça divertit.

1 commentaire:

maphto a dit...

Pas facile de travailler chez soi hein. Toujours des distractions à portée de main, toujours quelque chose pour ne pas ... travailler. ;)