lundi 17 décembre 2007

Noël perdu dans malle

Je crois que je n’ai jamais été aussi peu dans l’esprit de Noël. Pas de sapin, pas de décorations, ni chez moi, ni à job, ni à l’école. Pis encore moins dans les autres endroits que je fréquente : métro, bars, épicerie de quartier, resto de quartier. Même pas chez mes amis !

J’ai pas encore acheté de cadeaux, je sais même pas qu’est-ce que je vais acheter et à qui. Il n’y a pas non plus l’ombre d’un peu de bouffe du temps des fêtes dans mon frigo. Et le pire : on dirait que toutes les personnes que je fréquente ne parlent pas de noël.

Étrange ? Je ne sais pas trop. Faut dire que la session n’est pas encore terminée. C’est le jus à job, j’ai davantage envie de sortir que de magasiner et je dois planifier (encore!) un déménagement. Mais je crois qu’une des principales raisons de ça c’est : le célibat. Me trompe-je ?

Quand on est en couple on a la pression de trouver un beau cadeau pour l’autre, la pression de faire fitter tous les partys des familles et amis respectifs, la pression d’être beau, fin et gentil devant la belle-famille etc… Mais c’est aussi un temps de réjouissance pour le couple. Se retrouver, faire des activités qu’on ne ferait pas normalement. Se souhaiter une autre bonne année de bonheur au jour de l’an. Cela va-t-il me manquer ? Certainement.

On dirait alors que mon subconscient cherche à repousser ce genre de moments qui vont faire mal. Ce genre de moments de : « J’aurais aimé que… », « Pourquoi… ? » et les soirs de solitude dans mon lit… froid.

Je ne suis pas en train de dire que le célibat pendant le temps des fêtes c’est la pire chose au monde. Je dis seulement qu’une peine d’amour sans s’y attendre si près de Noël n’est certes pas très réjouissant.

Aime-je Noël ? Certainement. L’aimerai-je cette année ? Je ne peux le dire pour l’instant. Mais ce que je sais c’est que je redoute les moments de solitude.

5 commentaires:

Nitram a dit...

Haaaaaaaa... C'est sur que ca va etre douloureux. Mais tu vas t'en sortir. Je sympatise vraiment!

Jean-François St-Pierre a dit...

L'important, Stéphane, c'est probablement de faire en sorte que tu te sentes bien dans cette période.

Malgré la rupture récente, le rush dans n'importe quoi, la non-stabilité domiciliaire, la non-mentalité de Noël, les cadeaux pas achetés, si tu parviens à trouver des moments de bonheur, que ce soit avec tes amis ou ta famille, alors le célibat durant cette période ne sera peut-être pas la pire chose au monde.

Ce qui est le pire, c'est de se sentir seul et d'être inconfortable avec cette sensation. Et c'est ce que tu redoutes.

Paulo Coelho écrivait que lorsqu'une personne désire quelque chose, tout l'Univers conspire pour faire en sorte de réaliser ce désir. Alors, sois positif.
Prends soin de toi surtout :)

Virge a dit...

Tu ne vas pas dans ta famille là-bas en haut de Québec? Et puis, t'as encore plein d'amis dans ton ancienne ville! Je suis sûre que ça te fera du bien :)

Maphto a dit...

Tu viens de me convaincre de rester célibataire. Merci de me rappeler les tourments de la vie à deux. :)

Marc-André a dit...

Au contraire, moi je crois que le temps de Fêtes mets à l'épreuve le couple plus que tout autre événement annuel, ou à peu près, justement à cause de toute cette pression. Briser la routine, ça peut être dangereux, surtout lorsque les Fêtes sont synonymes de grosses dépenses... on sait que l'argent est un sujet sensible pour un couple.